» FÉRIR JUSQU’À MOURIR « 

 logo-125x142

 » FÉRIR JUSQU’À MOURIR « 

Les armoiries sont celles apportées par Mathieu en Nouvelle-France.

Elles se décrivent comme suit :

d’argent à trois clous de sable de 2 et 1 surmontés d’un sanglier passant de mesme” .

Ce qui veut dire en langage ordinaire,

sur un fond d’argent, il y a trois clous en noir surmontés d’un sanglier en marche, aussi en noir”.

Louis D’Amours, cadet de la famille, ajoute aux armoiries un lambel en rouge (de gueule) placé au haut de l’écusson.

Les armoiries de Mathieu, sieur de Chauffour

 

Les D’Amours, famille du Perche que l’on retrouve au XVe siècle en Anjou, Sgr. Du Serrin et de Soujay portaient « d’argent au porc-épic de sable ». Les D’Amours de Courcelles en Normandie brisèrent cet écu d’un lambel de gueules en chef (un lambel rouge en haut de l’écu); tandis que les D’Amours de Paris, issus postérieurement de la branche aînée, le chargèrent de trois clous de sable (noirs) en pointes.

Le Ms.Franc. 14468 lit ainsi ces armes :

« d’argent à trois clous de la Passion de sable surmontés d’un porc-épic de même ». Ce qui se traduit ainsi : sur un fond argent, trois clous surmontés d’un porc-épic noir. La branche parisienne semble remonter à Mathurin D’Amours, époux de Marguerite Bridée, seigneur du Serrin en 1450. Ce Mathurin est l’ancêtre de Louis, père de Mathieu.

Louis, cadet de la famille, brisa ces armes d’un lambel et blasonna « d’argent au porc-épic de sable accompagné en chef d’un lambel et en pointe de trois clous de même ».

Ce qui devrait se lire comme ceci : sur fond argent un porc-épic noir accompagné en haut d’un lambel et en bas de trois clous également noirs.

Rappelons que les armoiries étaient comme le nom, l’objet d’un droit patrimonial dont le chef de famille avait la pleine jouissance et qui était transmissible héréditairement à l’aîné.

Du vivant de leur père, les enfants, même l’aîné, devaient introduire dans les armes paternelles dont ils faisaient usage une différence dite brisure. Les bâtards reconnus garçons ou filles devaient briser les armoiries de leur père soit d’une bordure mais le plus souvent d’une traverse ou un filet en barre.

Puisque Mathieu est l’enfant naturel de Louis D’Amours, il y a lieu de croire qu’il aurait dû se soumettre à ces règles. Or, à son arrivée en Nouvelle-France en 1651, onze ans après le décès de son père, il pavoise « d’argent au sanglier de sable accompagné en chef d’un lambel de gueules et, en pointe, de trois fers de lance rangés en fasce ».

Vous remarquez que le lambel noir est maintenant rouge, que le porc-épic se change en sanglier et que les clous sont devenus des fers de lance. Ce qui fait des armoiries, somme toute, assez personnelles pour notre ancêtre. Mathieu D’Amours, sieur de Chauffour, obtient confirmation de ses lettres de noblesse le 10 décembre 1668.

Les armoiries de Mathieu ne figurent pas dans l’Armorial du Canada français. Cela surprend beaucoup vu les titres et le rôle qu’il a joué en Nouvelle- France. L’Association des familles D’Amours n’a pas pour l’instant l’intention de se faire concéder des armoiries. Nous croyons louable de faire connaître et d’intégrer celles de notre ancêtre à nos faits et gestes et cela dans le respect de ses appartenances.

 

Angèle D’Amours


Lexique

  • Armes : Marques distinctives sur un écu.
  • Armoiries : L’ensemble des armes dont l’écu, les figures qui la meublent et tous les éléments qui l’entourent.
  • Écu : Ancien bouclier, corps des blasons.
  • Écusson : Petit écu souvent employé comme meuble.
  • Meubles : Nom héraldique des objets ou figures de toutes sortes sur les armoiries.
  • Héraldique : Science ou art se rapportant à la connaissance ou à l’exécution des règles selon lesquelles les armes doivent être réalisées ou décrites.
  • Blason : Énonciation des armoiries. On ne doit pas dire blason pour écu ou armes.
  • Dextre : Terme pour indiquer le côté droit, qui pour ce qui regarde les armoiries, se trouve à gauche du spectateur.
  • Senestre : À gauche de l’écu mais la droite du spectateur.
  • Fasce : Pièce (s) posée (s) horizontalement.
  • Lambel : Pièce consistant en une traverse horizontale, à laquelle sont suspendues des pièces triangulaires nommées pendants.
  • Fer de lance : Forme représentant la pointe d’une lance.
  • Clou : Forme plus allongée et losangée.